La captivité des cétacés

captivite-des-dauphins

La captivité des cétacés (dauphins et orques) a un réel impact négatif sur la santé des espèces et constitue une vraie menace.

Ils peuvent devenir agressifs et suicidaires

La captivité nuit au bien-être mental des cétacés qui ont une intelligence supérieure aux autres animaux marins. C’est d’ailleurs cette intelligence qui les rend dociles et faciles à dresser pour le plus grand bonheur des delphinariums. Hélas le fait d’être enfermé dans un bassin d’eau chlorée ridiculement petit contribue à ce que les cétacés s’ennuient. Ils développent alors des sentiments et des comportements jusqu’à présent inconnus en milieu naturel : certains deviennent suicidaires, d’autres agressifs envers l’homme. On a déjà observé des orques se cognant volontairement la tête sur les rebords de leurs bassins. Les dauphins, quant à eux, peuvent aller jusqu’à retenir leur respiration pour se laisser mourir.

L’orque Tilikum est notamment connue pour avoir tué 3 personnes dont sa dresseuse Dawn Brancheau lors d’un spectacle public. Dans certains parcs aquatiques où les spectateurs peuvent approcher des dauphins, il n’est pas rare que des enfants ou adultes se fassent mordre par un dauphin.

Par ailleurs, orques et dauphins ont pour instinct naturel de chasser pour se nourrir en liberté, or en captivité, ils sont contraints d’assurer le show et de répondre aux attentes des dresseurs pour obtenir de misérables poissons morts (et bourrés de médicaments). Pour information, un dauphin avale des quantités de poissons par jour (environ 25 kg) et une orque suivant son régime alimentaire et sa position géographique peut manger des baleines et du thon, ce qui n’est plus le cas dans un parc aquatique. Par conséquent, les animaux sont frustrés et peuvent développer une certaine agressivité envers leur dresseur.

dauphin-en-captivite

Cas de consanguinité

La capture d’orques étant interdite pour peupler les bassins, le seul moyen d’assurer la conservation de l’espèce en captivité est la reproduction. Malheureusement la captivité n’invite pas les orques à se reproduire naturellement puisque dans leur environnement naturel les cétacés choisissent un partenaire qui ne leur est pas imposé, et surtout, qui n’est pas de leur propre famille. Les parcs aquatiques ont donc décidé de recourir à l’insémination artificielle.

Les spectateurs ont pour habitude de croire que les cétacés sont heureux en captivité car il y a des naissances et que c’est perçu comme un signe de bien-être. C’est une erreur puisqu’il n’y a pas de naissance naturelle. C’est la même chose pour la vie en captivité : un cétacé qui n’a connu que la captivité dans sa vie n’est pas non plus heureux.

Tilikum, qui ne participe plus aux shows en raison de son implication dans 3 décès d’humains, est le plus important mâle fécondateur au monde. Pas moins de 54% des orques des parcs Seaworld sont des descendants de Tilikum. A savoir que le programme d’insémination artificielle entraîne la consanguinité des espèces et que des enfants peuvent féconder leur propres mères.

orque-en-captivite

Gestation avant l’âge adulte

Les orques femelles atteignent leur âge adulte vers 15 ans qui correspondant à leur maturité sexuelle. En captivité, les parcs aquatiques n’attendent pas 15 ans pour qu’une orque soit gestante suite à une insémination artificielle. La plupart des orques inséminées en captivité avaient entre 8 et 10 ans.

Les mères rejettent leurs petits

Il faut savoir qu’en milieu sauvage, une orque ne quitte jamais sa mère. Les liens familiaux sont très forts et c’est pourquoi les pods d’orques sont composés de nombreux individus. En captivité, certaines orques arrachées à leurs mères ne connaissent pas ce lien familial et ne ressentent pas toujours l’instinct maternel. Il arrive que des bébés orques soient rejetés par leurs mères, voire littéralement attaqués.

Un bébé orque n’ayant pas de lien avec sa mère met en péril son existence et peut même en mourir prématurément. La gestation d’une orque avant son âge adulte y est également un facteur à risque pour le rejet du bébé car  la mère n’y est pas préparée et n’a pas vécu ce lien maternel.

captivite-des-orques

Durée de vie réduite

C’est la triste vérité : en captivité, dauphins et orques vivent beaucoup moins longtemps. Orques et dauphins ont une durée de vie en milieu naturel estimée entre 40 et 50 ans, celle-ci peut être réduite de moitié en captivité. La plus vieille orque encore vivante à ce jour s’appelle Granny et a environ 105 ans ! Dans les parcs aquatiques, les cétacés deviennent dépressifs, développent des maladies et sont littéralement bourrés de médicaments. Les bassins d’eau chlorée sont très néfastes pour leur peau, leurs yeux et leurs poumons. Les orques du Marineland d’Antibes souffrent également d’une exposition trop prolongée au soleil. Maintenir les cétacés hors de l’eau pour le public entraîne même un affaissement de l’aileron dorsal de l’orque mâle quand il vit en captivité, signe de grand mal-être.